Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 18:50

 

Alors, Inglourious Basterds est il un chef d’oeuvre ?


Non, sûrement pas! Le film ne souffre que d’une faiblesse (quoique), et qui est plus ou moins anecdotique selon le seuil de tolérance du spectateur. Le défaut en question est récurrent dans l’oeuvre du cinéaste : le film est très bavard. On s’impatiente parfois un peu à l’écoute de quelques tirades mais ce reproche là, il est facile. C’est peut-être juste histoire de chercher la petite bête.


Et les 2h33 de film, on les voit bien passer lentement. Certes, sa manière de filmer fait que les scènes sont très simple, de vrais petites merveilles.

 

 

Inglourious Basterds est découpé en plusieurs chapitres.


Déjà, ça commence par un lonnnnnggggg générique de présentation! Bah oui, y'en a du monde dans ce film! Qu'il soit bons ou mauvais, Tarantino a décidé de leur rendre hommage avec un apparition de 3 sec dans le générique. Bref passons.


Chapitre I,le décor est vite planté: une maison isolée à la campagne dans une France sous occupation allemande. Une patrouille nazie vient rendre visite au fermier, ce dernier interprété par Denis Ménochet. Parmis la patrouille un Colonel SS; Hans Landa "Le Chasseur de Juifs", interprété par Christoph Waltz. La confrontation entre ce fermier et le chasseur de juifs  est limite flippant, et on rentre facilement dans la peau de ce fermier. Rien qu’a cet instant, et alors que la conclusion du chapitre n’est pas encore révélée, on a déjà la certitude que Tarantino est en forme, qu’il a de l’appétit, et compte bien nous en faire profiter.


Le Film


A la manière d'un livre, Tarantino nous fais découvrir, lentement, les différents chemin du film. D’un côté, la jeune Shosanna (interprétée par Mélanie Laurent, très charmante =) ) et de l’autre, Aldo Raine (joué par Brad Pitt) et son régiment sanguinaire de juifs américains.

Les chapitres s’enchaînent et ne se ressemblent pas, alternant aisément scènes de longs dialogues et courtes boucheries. On reconnaît rapidement le style tarantinesque par l’usage cru de violence (entre autres les scalps qui ont pour seul intérêt de montrer la cruauté, non plutôt la détermination (ou même les 2 à la fois) du régiment de Raine) et les interludes décalées (par exemple la petite histoire sur la pellicule de cinéma, qui n'aurait pas ca place dans un film normal =O). Tarantino nous offre sur un plateau une vision de la Seconde Guerre Mondiale complètement nouvelle.


Cela se confirmera tout au long du film. Le cinéaste fait preuve d’une extrême générosité, a pleins d’idées dans son tiroir, dont certaines fabuleuses (la cicatrice nazie taillée au couteau, la destruction d’un cinéma par la pellicule en nitrate).


Nein, Nein, Nein!

Seulement voilà, il y a quelque chose qui me chagrine, difficilement traductible. Car une fois la Bande annonce visualisée, on a en réalité vu la plupart des passages intéressants du film. La cicatrice en forme de croix gammée: dans la bande annonce! Le coup de batte dans la tronche: dans la bande annonce! Hitler et son "Nein, Nein, Nein!" (qui je pense va se transformé en mème): pareil, dans la bande annonce! Ben mince alors! Il reste quoi? Pas grand chose à part le moment du jeu de cartes, et bien sûre, le grand final ou tout les méchants pas bô meurent dans une explosion avant de cramer !!! A part quelques moments, certes ensanglantés, mais qui sont vraiment, mais vraiment rapides (genre Flash gordon quoi).


Bah oui, quand je pense "Tarantino", je pense aussi à "sang", "fusillade", et même "psychopathe". mais là, quedal !!! Donc à la fin, on voulais du sang, des mecs en feu, une grosse fusillades, encore du sang, un gros Boom avec des tripes, du sang, et des morceau de cervelles !!!


Nan, j'exagère un peu (quoique) !


Inglourious Basterds


Mais? Mais? C'est bien Inglourious Basterds le nom du film? Alors, ils sont où? Ben, on les voit pas beaucoup !! Leur histoire est a peine détaillée, on ne connaît presque rien d'eux. Bon,ok! Facile comme reproche! Mais avouez que vous auriez bien voulu voir un peu plus de leurs crimes actions.
D'ailleurs, si vous voulez en savoir plus sur les personnages, c'est ici!


Les acteurs

La prestation de Christoph Waltz (alias le colonel Hans « chasseur de Juifs » Landa) est vraiment remarquable. On arrive à la fois à détester et à admirer sa faculté de résonner rapidement. Son coté anti-juif nous ramene quand même au droit chemin.


Le Lieutenant Aldo Raine, interprété par Brad Pitt est aussi une merveille, on ne se lasse pas de sa tronche quand il se fait passer pour un italien! Ses répliques sont aussi étonnantes que lui!


Mais le meilleur personnage, pour moi, est Hugo Stiglitz, interprété par Til Schweiger . On ne peux que rigolé, lorsqu'il se retrouve face au Major Dieter Hellstrom, interprété par August Diehl dans la taverne choisie comme point de rendez-vous avec les Bâtards germanophones. On voit bien qu'il se retient de tué l'allemand, et sa face en est le témoignage! A voir absolument!

La charmante Mélanie Laurent .

 


ARH, UND DER MUZIK?


Côté BO, c'est tout simplement sublime. Chaque chanson est au poil. Extrêmement bien choisie, avec une sonorité plutôt rock. Je vous laisse écouter!

 

 

Hé bé voilà, j'ai pondu un gros pavé! Nan, mais sérieusement, le film est a voir, mais pas 2 fois! ;-)

J'ai oublié quelque chose?

NEIN NEIN NEIN, ce n'est pas finish!!

Oh que si!

Partager cet article
Repost0
26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 18:12



Un poing dans la gueule, c'est le meilleur moyen d'aimer mes films !"


 

C'est ce qu'a dit Uwe Boll, en septembre 2006, en défiant ses détracteurs et critiques aussi bien amateurs que professionnels à la boxe. C'est sur qu'avec le visage ensanglanté, les yeux pochés, et les oreilles qui sifflent, on ne peut que être ravis de regarder une tel... daube!

Sur une île classé secret défense, le Dr Krieger (Udo Kier) créé une nouvelle génération de soldats indestructibles   et à la force décuplée. Ils sont malheureusement incontrôlables. Une journaliste (Emmanuelle Vaugier) paye en parallèle un ex-soldat (Til Schweiger) reconverti en marin, afin de l’emmener via son bateau sur cette île. Car elle veut rencontrer son oncle mercenaire travaillant sur la même île (Ralph Moeller) et lui ayant donné des informations sur les expériences pratiquées. Se faisant repérer, une course poursuite s’engage.

 

 



En regardant la bande annonce, on trouve de quoi satisfaire l’amateur d’action : Cascades, hélicoptère en flammes, effets spéciaux numériques plus ou moins réussis, effets gore, poursuite en hors bord, caméras virevoltantes… mais rien n’y fait, le film ne décolle jamais.



 

Til Schweiger joue le militaire fatigué mais toujours prompt à sauver une jolie femme et à coller des coups de savate dans le cul d'autre soldats. Il est accompagnée d’une journaliste (Emmanuelle Vaugier), aussi jolie qu’idiote – elle ne sait pas qu’une grenade se dégoupille avant de la lancer.

Le Docteur timbré (Udo Kier, tout en retenue) est un allemand fou de Wagner (ben voyons) qui lui aussi se trouve en parfaite harmonie avec une dominatrice russe (Natalia Avelon) sans scrupule.

Ralph Moeller déplace sa carcasse de molosse au début et à la fin permettant de découvrir un nouveau genre, bien que connu du grand public, le Zombi : comédien sans émotion sur le visage, blanc, et ivre de violence.


 


 


Pourtant, le film commence bien, des soldats sont traqués par un être qui semble invisible. Explosions, fusillades, et même une tête qui finira en RubiXcube sur un grillage.

Une fois le générique passé, c'est à dire le titre du film, en feu, et ceci pendant à peine 2 secondes, le film commence, Présentation du héros, puis le méchant docteur, enfin la jolie journaliste. Arrivé à un stade, le héros rencontre la journaliste, balade en bateau, arrimage sur l'île. La journaliste se fait capturer et là, c'est la débandade, Til Schweiger se fait exploser son bateau! C'est après que l'action commence! Donc, et c'est normal après tout, il décide de leurs botter le cul...A 20 contre 1.Trop facile quoi! Mais malgré tout, les effets spéciaux semblent bâclés, et on n'arrive pas à rentré dans l'action.

Rajouter à la lenteur du film toute les scènes inutiles, comme la vu aérienne du bateau "Médusa" qui vogue sur la mer. On verra ce bateau sous tout les plans, et ceci pendant presque 2 minutes.




Le film joue aussi sur la carte de l’humour. Chris Coppola, insupportable en livreur de nourriture obèse, pleutre et ridicule qui pousse des cris de dinde effarouchée lors de la poursuite en hors bord. Il en va de même en ce qui concerne deux touristes américains qui apprennent à Til Schweiger, ce qu’est que le service client à l’américaine. En réponse, Til Schweiger leur laisse la barre du bateau.




Coté dialogue c'est du lourd, vers la 40ème minute, les deux tourtereaux, se retrouve dans une vieille baraque. Les 2 sont trempés suite à leurs petits débats contres les militaires, Til Schweiger, lui, est blessé.

Cliquez pour agrandir

Vu, revu, et re-revu.

-C'est ton flingue?

-Waiwai, chuis collé a toi, mais c'est bien mon flingue!


 


 

Et le gore, dans tout ça ?

Le début du film laisse espérer un déluge, mais nous n’avons que quelques éclaboussures à se mettre sous la dent. Un joli plan d’un soldat écrabouillé sur un grillage, avec un panoramique circulaire qui finit sur l’arrière du corps enfoncé dans la clôture fait son effet. Peut etre aussi un gros plan d'un mutant, avec la tête éclaté par le fusil à pompe de Til Schweiger. Puis, toujours pour la même victime, l'oeil arraché par une balle.

/!\ 'Tension, c'est trash!
Spoiler:





Ce sera à peu près tout, hormis l’épine dorsale de Ralph Moeller découpée et tripatouillé par un Udo Kier qui semble s’ennuyer de ne pas pouvoir commander ses sbires.


 


 

 

Enfin arrive le clou du film, un final "spectaculaire" où dix soldats mutants sont lâchés sur l'île pour tuer tous les intrus. A grand coups de ralentis et de caméra tremblotante, on assiste à beaucoup de fusillades, de «Han», de «Haaaaaaa», de quelques cascades, tout ça au beau milieu d’une sorte d’usine désaffectée. Puis Til Schweiger, Emmanuelle Vaugier arrivent à s'enfuir avec le bateau de Udo Kier en laissant ce dernier seul face à 4 mutants, Ce qui donne malheureusement un aspect fauché au film, ne sauvant en rien l’impression de gâchis sur pellicule.

 

Le générique de fin démarre…Une musique tonitruante en fond. On se lève. On se dirige vers la sortie... Ha en fait nan, je ne l'ai heureusement pas vu au cinéma.

Ha, y'en a un qui s'est endormi devant le film preuve de la nervosité de l'histoire.

 

Inspiré de DevilDead

Partager cet article
Repost0

A Propos

  • : Another View
  • : KeepCool, Graphiste à ses heures. Dessins Vectoriels, Fan art, Wallpapers, colo, tout ce qui touche l'art digital.
  • Contact

Warning Amateur Artist stamp by ArtJockeyKCGimp_User_Stamp_by_Darkwizkid.pngGet_Firefox_by_catekroft.png

Je Recherche

J'aime

kEVINHysterictime2.jpgAvatar AliceannisAMkAT2Cyfe

Il Y A Longtemps

Suivez moi sur Facebook